Par la Team V and B – Mayenne  • le 17 janvier 2021

ARTICLE DU 17/01/2021 - J+70

« Il fait très chaud ! »
Au large de Recife, Maxime Sorel fonce vers le pot au noir en regardant attentivement ce qui se passe du côté de l’équateur. Mais le solitaire doit aussi préserver son bateau et surtout ses voiles d’avant…
« Je suis à une centaine de milles des côtes brésiliennes et je devrais passer à environ 60 milles devant Recife. J’espère, pas trop proche pour ne pas être gêné par le « tampon ». Car les conditions météo sont assez bizarres : toute la matinée d’hier, j’avançais bien, et toute l’après-midi, j’étais dans de la molle qui n’était pas du tout prévue… Et la brise est revenue en fin de journée ! Il y avait une masse nuageuse très bizarre et elle est partie. Et cette nuit, il y a eu moins de vent qu’annoncé, alors que normalement, il y a plus de vent ! C’est vraiment très bizarre : les premiers parlaient beaucoup d’alizés stables, mais je ne peux pas en dire autant…
Recife c’est pour ce midi, mais il fait très chaud : en pleine nuit, il fait 28°C, et hier en journée, il faisait plus de 32°C… Je prends des douches en fin de journée. Mais il y a la pression du classement : je ne sais pas si Armel (Tripon) ne va pas revenir par derrière !
La nourriture, ça commence un peu à saturer ! Je m’en suis plutôt bien sorti jusqu’ici, mais je n’ai plus de plats froids et je suis obligé de tout faire chauffer… Ce n’est pas forcément top au vu de la chaleur d’ici. J’ai encore quelques pâtés Hénaff que je me fais avec des Krisprolls : c’est assez agréable ! Et hier, je me suis fait un gros goûter au beurre de cacahuète, avec de la confiture et du Nutella… Comme à la maison ! Mais je mange un peu moins ces derniers temps.
J’ai pas mal bricolé le système de barre, le pilote, le capteur de barre… Et j’ai fait un peu de stratification sur une zone du bateau qu’il fallait réparer. Je me prépare à l’Atlantique Nord qui va être plus costaud que ce que nous avons actuellement. Mais le bateau est plutôt en bon état même si on sent la fatigue de certains bouts par exemple. Mais tout a été bien préparé ! Et j’ai des réparations de voile qui ne demandent qu’à s’ouvrir si je tire trop dessus… Il faut que je les soigne, surtout mon J2 et mon J3. Il faut que je fasse attention. C’est un bateau qui n’est jamais allé aussi loin : il faut que je finisse ce Vendée Globe ! Et puis j’ai hâte de retrouver tout le monde aux Sables d’Olonne. »
 

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn