Par la Team V and B – Mayenne  • le 14 janvier 2021

ARTICLE DU 14/01/2021

Les jours les plus longs
Inéluctablement, depuis le passage du Cap-Horn, les skippers du Vendée Globe pensent à la ligne d’arrivée sablaise. Au fil de cette remontée de l’Atlantique, la fatigue se fait sentir. Les conditions ont radicalement changé. Les marins se retrouvent dans des systèmes météorologiques qu’ils connaissent et vont désormais se retrouver très longtemps, certainement jusque l’archipel des Canaries, sur un seul bord, tribord amure. Les jours sont donc assez longs. Une nouvelle routine s’installe, ça tergiverse pas mal. Maxime Sorel est totalement dans ce cas. Le skipper de V and B – Mayenne a perdu du terrain sur le peloton de tête et est esseulé à 250 milles du neuvième au classement du Vendée Globe, Jean Le Cam, et à peu près autant du onzième, Armel Tripon.
Il a profité de cette nouvelle phase de son Tour du Monde pour checker entièrement son monocoque IMOCA et réparer les voiles malades. Il s’agit pour le cancalais maintenant de se concentrer sur la dernière ligne droite, 4600 milles encore à parcourir, et se régénérer pour ne pas faire de bêtises d’inattention, rester dans son Vendée Globe, boucler sa boucle, son premier tour planétaire en solitaire tout en se projetant peu à peu sur son avenir, se donner d’autres objectifs, de nouveaux défis : sel de la vie de l’homme pressé Sorel. Tenir bon sera le maître mot des jours à venir.

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn