Par la Team V and B – Mayenne  • le 22 décembre 2020

ARTICLE DU 22/12/2020

TOP 10 pour V and B – Mayenne

Maxime Sorel est désormais 10ème au classement général de son premier Tour du Monde, en solitaire, sans escale et sans assistance, le Vendée Globe. Le navigateur du voilier V and B – Mayenne a parcouru 15 059 milles depuis le départ de la compétition le 8 novembre et il lui reste 10 989 milles à engloutir en direction des Sables d’Olonne. Le parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose rend une très belle copie et reste perpétuellement dans une attitude positive pour le plus grand plaisir de nombreux observateurs et de ses fans qui sont de plus en plus à souffler dans les voiles du monocoque mayennais et breton.
Le Pacifique pour l’instant
« C’est un peu le train – train depuis quelques jours. J’ai adoré les derniers jours car nous étions au portant et il y avait de quoi faire sur le pont. C’est un peu plus monotone aujourd’hui car nous sommes travers au vent. Le bateau gîte et on sera potentiellement au près dans les heures qui viennent. Je ne m’attendais pas à ce genre de conditions dans le pacifique mais je fais avec. Je cravache actuellement afin de dépasser la belle dépression qui arrive. L’idée est de passer devant sans prendre trop de vent et de mer.  Pour la suite, il est possible que l’on assiste à un tassement de la flotte et que je revienne sur le paquet de devant qui va buter dans l’anticyclone mais ce n’est que des prévisions. Quand certains vont sortir de la molle, j’entrerai dedans à mon tour… Cela reste assez aléatoire sur l’eau. C’est un peu le flou artistique météorologique tout de même. »
Top 10
« C’est une bonne nouvelle même si j’ai pensé aux mésaventures de Louis Burton qui m’a cédé cette place. Je pense qu’il va assez vite revenir sur moi avec son foiler. Cela fera un camarade de jeu que je vais essayer de suivre. Je l’imagine à ma hauteur le 25 décembre. C’est intéressant car je ne suis plus au contact depuis un long moment. Je vais tout faire pour entrer dans le top 10 lors du passage de la ligne aux Sables d’Olonne. C’est un bon objectif en plus d’être sur le podium des voiliers à dérives droites. »  
Noël
« C’est une période que j’aime, un bon moment en famille. Je n’y pense pas de trop. Les terriens vont avoir des fêtes particulières avec la crise sanitaire. Je me contente de ce que j’ai en mer : de beaux paysages et ma course. J’imagine une petite visio avec ma famille et un bon repas ! Mon cadeau sera le passage du Cap Horn début 2021. Je suis porté fortement sur la nourriture actuellement. J’en ai d’ailleurs parlé à ma nutritionniste. A chaque sortie de sieste, j’ai faim alors je mange. C’est le froid, le stress et la fatigue. Pour ne rien cacher, j’avoue que je bois de l’huile d’olive, c’est bien gras, cela me cale. »        
La mucoviscidose
« Je pense aux patients en permanence. Ils se battent au quotidien contre la maladie. Dès que j’ai un coup de mou ou un imprévu technique à bord, je pense à eux. Je communique avec Paul Fontaine, le parrain de mon voilier, qui est atteint. Il est toujours positif. Rien n’est impossible. On trouvera dans l’avenir des solutions pour soigner la mucoviscidose. En tout cas, j’ai un lien très fort avec les patients. Ils m’aident dans mon Tour du Monde. »

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn