Par la Team V and B – Mayenne  • le 15 décembre 2020

ARTICLE DU 15/12/2020

Maxime Sorel passe la longitude du Cap Leeuwin en tête de mât

Décidément, quelle aventure, quelle course de Maxime Sorel qui participe actuellement à son premier Vendée Globe. On peut le dire. Le skipper du monocoque V and B – Mayenne est en train d’entrer dans une nouvelle dimension dans sa carrière de marin de haut niveau. Il a réussi en 24 heures à réparer deux voiles d’avant qui étaient véritablement mal en point et à 13h06 ce jour a franchi son deuxième grand cap, Leeuwin, au sud de l’Australie en 11ème position et fier du travail accompli.

« C’est les nerfs qui me tiennent. Depuis de nombreuses heures, je n’ai pas arrêté de jouer au maître-voilier interrompant mes travaux que pour empanner le long de la zone d’exclusion des glaces. J’ai réussi grâce aux conseils de mon équipe et de la voilerie à réparer le J2. J’ai ensuite, ce midi, participé au Live du Vendée Globe. Je me suis rendu compte par la suite qu’il n’allait pas faire jour encore longtemps et surtout que les conditions étaient propices pour remonter en haut du mât afin de réinstaller à son poste cette voile d’avant. Cela n’a pas été une sinécure cette nouvelle ascension mais j’ai été récompensé par le passage de Leeuwin. »

Le navigateur, poussé par les mayennais, va s’accorder maintenant un large repos afin de reprendre des forces. « J’ai mal aux mains, je suis fatigué, j’ai besoin de dormir et de me remettre de ces péripéties techniques importantes. J’ai pris une petite douche et je vais peu à peu me remettre dans ma course autour du Monde. »

Max, pour les intimes, a perdu quelques milles précieux dans cette histoire. Il n’est maintenant plus dans le même système que ses concurrents. « Je ne suis jamais vraiment satisfait dans la vie mais là je me rends compte que j’ai réussi un vrai truc dans un timing serré. Je vais surveiller mes voiles et mes réparations tout en reprenant ma marche en avant à l’affût de toutes les opportunités pour revenir sur le paquet de devant et tout en essayant de contenir les possibles retours de mes poursuivants. »

La route est encore longue mais Maxime a fait preuve d’une combativité de premier ordre qui lui servira pour la suite des événements sur cette neuvième édition du Vendée Globe et au-delà car nul doute que cet homme est bâti pour la course au grand large. 

 

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ajoutez votre titre ici