Qui va piano va sano

Par la Team V and B – Mayenne  • le 05 décembre 2020

ARTICLE DU 05/12/2020

Les bonnes trajectoires de Maxime

400 milles ces dernières 24 heures, pour un skipper qui disait il y a quelques jours qu’il allait freiner un peu ça marche en avant, force est de constater que Maxime met du cœur à l’ouvrage alors qu’il évolue toujours dans un océan Indien coriace. V and B – Mayenne a attrapé le même système dépressionnaire que ses adversaires directs, Giancarlo Pedote, Isabelle Joschke notamment… et a creusé l’écart avec ses poursuivants encalminés. Le jeune cancalais réussit un premier mois de Vendée Globe tout à fait remarquable. Avec ses armes, un voilier à dérives droites, l’ingénieur en génie civil est 11ème au classement général ce matin.

« La piste est bosselée. J’ai entre 22 et 25 nœuds de vent. J’ai hâte que cela se calme car cela fait un moment que c’est comme ça. J’ai un problème de data avec ma liaison satellite principale que j’essaie de régler. Je ne regarde quasi pas le classement. Je fais ma route. J’essaie, tout de même, de bien avancer car je ne veux pas me faire rattraper par les calmes que Romain Attanasio et Clarisse Crémer connaissent. En fait, c’est assez difficile d’appuyer sur la pédale de frein. Lors de mon prochain Vendée Globe, j’emporterai avec moi des chaussons fourrés pour mes pieds. Il fait froid la nuit, ça caille ! Je vis beaucoup à l’intérieur afin d’être au sec. Il est très difficile de bouger car le bateau tape continuellement mais ça va, je m’y habitue. » Maxime prévoit un empannage vers 12h00 puis un autre demain soir pour continuer sa folle trajectoire à l’Est vers Kerguelen, la France australe. 

Photos : ©Jean-Marie LIOT / Jérémy SOREL

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ajoutez votre titre ici