Aux portes de Sainte Hélène

Par la Team V and B – Mayenne  • le 25 novembre 2020

ARTICLE DU 25/11/2020

On savait Sainte Hélène capricieuse, mais pour cette 9e édition du Vendée Globe, l’anticyclone de l’atlantique Sud a réellement décidé de barrer la route des 32 marins en route vers le Cap de Bonne Espérance. Alors que le duo de foiler en tête de flotte Apivia et LinkedOut s’engouffrent dans le cœur de la bulle anticyclonique, Maxime tente de trouver la meilleure stratégie pour se frayer un passage. Avec une moyenne de 8.3 nœuds sur les dernières 24 h, la journée d’hier s’est révélée particulièrement difficile pour le skipper de V and B – Mayenne qui a dû composer avec des grains, englué de longues heures dans des zones sans vent. Le dragon des océans prend son mal en patience et surveille de près le petit groupe de ses poursuivants composé d’Isabelle Joschke (MACSF), Clarisse Cremer (Banque Populaire), Romain Attanasio (PURE – Best Western) et Alan Roura (LA FABRIQUE). “J’ai matossé tout à l’avant comme un fou” nous avouait-il hier soir. Maxime ne se ménage pas et continue de jouer avec stratégie pour trouver la meilleure option pour contourner par l’Ouest ce très large anticyclone.
 
Le regard des experts avec Roland Jourdain, co-gérant de Kaïros, base technique de V and B – Mayenne.
Roland Jourdain, que l’on surnomme Bilou, est double vainqueur de la Route du Rhum en IMOCA et 3e du Vendée Globe 2000-2001. Basée à Concarneau, sa structure Kaïros accueil le chantier de Maxime depuis 2018. Le skipper de renom, jamais très loin de la cartographie, pose un regard bienveillant sur Maxime. 
Quel regard portes-tu sur Maxime et sa course ?
Je suis Maxime comme tous les terriens, passionné par sa course. On n’est qu’au début du tour du monde et Maxime est très bien placé là où il est. Il a fait un travail monstrueux pour en arriver là. Il a derrière lui une équipe solide et j’ai beaucoup apprécié la manière dont il porte son projet. Il en ressort une vraie belle énergie. Ce mec mérite d’être heureux dans son projet
Les prochains jours de V and B – Mayenne s’annoncent difficiles ?
“ Oui, il est aux portes de Sainte Hélène, c’est un vrai barrage et le retard à Bonne Espérance va sûrement se compter en jours. Lors de mon dernier Vendée Globe on a vécu la même galère et j’ai le souvenir de me dire que c’est pas possible, on ne va jamais en sortir. Là Maxime va devoir gratter chaque petit mille et ne rien lâcher. Je pense qu’il est taillé pour ce genre de conditions, il a une énergie énorme, il aime le match et ne lâchera pas.”
Et ensuite on plonge dans le Grand Sud ?
Oui à peine sorti de cet anticyclone, tu es déjà dans le grand Sud et très rapidement les températures vont dégringoler. Psychologiquement c’est pas simple, il faut avoir un bon mental. Dès le passage de Bonne Espérance, le match sera relancé ”
Un conseil pour Maxime ?
J’ai l’habitude de dire que si c’est dur pour lui, c’est encore pire pour les autres !

Photos : ©Jean-Marie LIOT / Jérémy SOREL

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ajoutez votre titre ici