Maxime Sorel, dans les starting blocks pour une Première !

Par la Team V and B – Mayenne  • le 5 novembre 2020

ARTICLE DU 05/11/2020

Dans trois jours, Maxime Sorel sera face à lui-même et prendra le départ de son premier Tour du Monde en solitaire, sans escale, sans assistance, le fameux Vendée Globe. Le populaire skipper du plan VPLP – Verdier de 2007, V and B – Mayenne, a déjà quasi gagné son pari : être au départ de la compétition vélique planétaire dans les meilleures dispositions possibles et fédérer un maximum de monde autour de son défi avec l’appui de ses partenaires tout en diffusant les messages de l’association « Vaincre la Mucoviscidose ».

L’entrepreneur Sorel, accompagné d’une solide équipe, a tout donné depuis deux ans pour atteindre ce premier but travaillant sans relâche, maîtrisant toutes les composantes d’un tel projet. L’hyper actif cancalais est désormais non loin de couper la ligne de départ au large des Sables d’Olonne et de débuter son premier tour du Globe, lui qui n’a jamais navigué plus de 21 jours. Il va inéluctablement entrer dans une nouvelle dimension avec comme envie certaine de boucler sa boucle et de se frayer un chemin performant en direction de la Vendée en passant par les caps de Bonne Espérance, Leeuwin et Horn.
Depuis qu’il a embrassé une carrière de navigateur de haut niveau,Maxime Sorel, 34 ans, s’est toujours beaucoup investi dans ses projets à la voile. Depuis début 2019, le vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2017, a mis les bouchées doubles et a construit pas à pas un projet d’envergure pour tourner autour du Monde et prendre le départ de la neuvième édition du Vendée Globe. Il a d’abord fallu convaincre son partenaire V and B de prolonger en passant à la vitesse supérieure. Il a fallu aussi fidéliser son super club de partenaires et séduire un autre partenaire majeur en l’occurrence le département de la Mayenne qui, dès la décision prise de suivre Maxime, a impulsé une dynamique apportant notamment la belle idée du totem Dragon des océans.

Le marin a évidemment également franchi les étapes techniques en achetant un voilier compétitif et en adéquation avec les budgets de son défi puis en naviguant afin de comprendre sa nouvelle machine et toutes ses subtilités. 5ème de la Bermudes 1000 Race en 2019, 11ème de la Vendée Arctique Les Sables cette année, le jeune homme a vite démontré sa capacité à apprendre et surtout à performer. Ingénieur de formation, le breton évolue consciencieusement s’entourant efficacement ce qui lui permet d’aborder son rêve avec une confiance accumulée et avec la satisfaction de déjà rien avoir à regretter.

De plus, Max, pour les intimes, n’a pas cessé de partager son histoire avec sa communauté et maintenant le grand public. Les deux semaines d’ouverture du village du Vendée Globe en ont été la démonstration. Maxime a enchaîné les sollicitations avec plaisir, partageant un maximum avec le plus de monde, signant des autographes sans cesse, accueillant ses partenaires avec sympathie tout en prenant le temps de courir le long de la belle plage des Sables, rouler en karting pour le fun ou surfer !

Désormais, et depuis quelques jours, et comme pour les 32 autres concurrents, Maxime est confiné afin de s’éloigner de la Covid 19, satané virus. La ferveur autour de lui est redescendu. L’homme, entouré de sa famille, est entré dans une nouvelle phase, la plus difficile, attendre le 8 novembre 13h02, s’armer de patience et se concentrer tout en réglant les derniers détails de sa préparation.
Interview…

L’appréhension est-elle là ?

Forcément oui, elle est là l’appréhension. Je pars tout de même pour un Tour du Monde ! Tous les matins, je me le dis et je décompte les jours. Mais, je ne me prends pas trop la tête. Cette semaine, j’ai pris du recul.

As-tu peur ?

Non, pas de peur précise. Je vais prendre les choses comme elles viennent au fur et à mesure de mon Vendée Globe et je ne me fais pas de souci à l’avance. J’ai maintenant hâte d’être en mer.

Quelle météo allez-vous avoir dimanche et ensuite ?

10 à 15 nœuds de vent dimanche sur un plan d’eau peu agité ce qui est une bonne nouvelle. On sera travers au vent dans un régime de Sud-Sud-Est qui va refuser tranquillement et qui va nous amener à être au près. Nous aurons ensuite une dépression à négocier ce qui devrait nous faire passer assez proche du cap Finisterre. Il faudra être très vigilant car il y a beaucoup de trafic à cet endroit. Ensuite, il y a des routages qui nous font passer au milieu de l’archipel des Canaries et le long des côtes africaines. En somme, le début de course ne devrait pas être trop violent.

Un podium officieux des voiliers à dérives droites est-il un objectif ?

Oui c’est bien un objectif même si le premier est vraiment de boucler mon Tour du Monde. Je ne vais pas conditionner ma course en fonction des voiliers à dérives droites, je vais faire ma propre compétition.

Un chenal sans public, quel est ton sentiment ?

C’est évidemment triste pour le public et nos partenaires. Je vivrais un chenal avec beaucoup de monde dans quatre ans ! Je pense que du coup la phase entre le chenal et le départ sera un peu moins chargée en émotion. Je vous en dirais plus quand je l’aurais vécu.

Comment comptes-tu partager ton Vendée Globe ?

Je vais partager ma course au feeling en envoyant le plus régulièrement possible des textes, des photos et des vidéos. Je vais essayer de partager un maximum mon aventure.
Le parcours du Vendée Globe décortiqué par Maxime

Le Golfe de Gascogne : on peut vite se retrouver dans le dur et des conditions difficiles où le bateau va vite et est très exigeant. C’est une première étape que je redoute car je préfèrerais avoir 48h avec des conditions plus clémentes pour me mettre dans le bain.
 
Le Pot au noir : c’est un passage assez compliqué car il y a beaucoup de manœuvres. Je redoute ce passage et je n’ai pas hâte d’être dans les phases de molles avec les grains qui arrivent : on se retrouve sous toilés, dans la molle, avec de la mer, c’est l’horreur car tu es obligé de subir. L’objectif est de faire en sorte de subir le moins possible.
 
L’Anticyclone de Sainte Hélène : c’est une partie qui n’est pas simple à négocier. Il y a beaucoup de microphénomènes locaux. C’est une partie stratégique. Un Vendée Globe peut se jouer là. Il faudra être attentif et cravacher. Une fois passé Sainte Hélène on est déjà dans un avant-goût de l’Indien.
 
Le Cap de Bonne Espérance et le Grand Sud : c’est l’entrée de l’Indien. C’est le début de la partie qui parait redoutable avec les grandes houles du Sud avec des conditions très rudes entre les grandes dépressions et les anticyclones. Mais en même temps, c’est parait-il magique avec des couleurs magnifiques, la découverte des albatros. J’ai bien envie d’y aller !
 
Cap Leeuwin : la transition entre l’Indien et le Pacifique est assez floue. Je n’imagine pas tellement cette zone du Pacifique Sud… Grâce aux portes des glaces imposées par la direction de course, on ne descendra pas trop dans le sud. On ne devrait pas rencontrer d’icebergs car on sera dans des eaux à plus de 6°C. Cette porte des glaces nous contraint à surveiller tous les phénomènes météo car on n’a pas le droit de passer ce mur virtuel. On sera bien loin des îles paradisiaques avec les eaux turquoises et les palmiers du Pacifique.
 
Cap Horn : c’est mythique ! Dans le Sud on se dit qu’on est loin de tout, et qu’il ne faut pas qu’il nous arrive quelque chose. Tout est loin. Au Cap Horn, on en termine avec cette partie de stress. On se rapproche des côtes et donc des secours. Il reste environ un mois de mer, mais les 2/3 du parcours est fait, c’est une vraie délivrance.

Remontée de l’Atlantique : je n’ai jamais remonté l’Atlantique dans cette diagonale. Ca peut ne pas être simple, mais dès qu’on aura passé l’équateur, ça va être un truc de dingue. On doit avoir une vraie envie d’arriver. Il ne faut rien lâcher car il y a potentiellement encore des places à gratter.

L’arrivée : ça doit être waouh ! Je pense faire le tour entre 85 et 90 jours.
L’abécédaire de Maxime :
  • Aurore boréal
  • Bateau
  • Comprendre
  • Dynamique
  • Eole
  • Futur
  • Génial
  • Humain
  • Immortel
  • Joviale
  • Kairos
  • Lattitude
  • Mer
  • Nuit
  • Ocean
  • Physique
  • Quantique
  • Rare
  • Surf
  • Tempête
  • Univers
  • Voyage
  • Wax
  • X-Ray
  • Yole    

Photos : ©Jean-Marie LIOT / Jérémy SOREL

Dès maintenant, partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ajoutez votre titre ici